DSC05660.jpg

Un bref historique

DSC_8453.jpg

William Garner Sutherland, DO, développe l’approche crânienne de l’ostéopathie 

Son approche est  initialement biomécanique c'est-à-dire basée sur l’analyse du mouvement, test et correction de la dysfonction ou lésions ostéopathiques trouvées.

Après avoir fait l’expérience clinique, nouvelle et puissante pour lui de la présence directe de ce qu’il appelle alors « le Souffle de Vie » avec un.une patient.e, son orientation change drastiquement. Il encourage fortement ses étudiants.es à ne plus introduire aucune force extérieure et de laisser la puissance vitale faire le travail. Son approche change donc d’une orientation biomécanique (test de mobilité, motilité et mise en place de techniques correctives) vers une approche biodynamique, orientation vers le principe de Vitalité par un état de  présence et une orientation vers la respiration primaire et l’Intelligence qu’elle manifeste à la fois dans le maintien d’un équilibre dans le système de la personne et dans son rôle dans les processus de guérison. 

Son élève, Rollin E Becker DO, a continué à développer l’approche biodynamique et a transmis son enseignement, entre autres, à James Jalous DO et A. Duval, DO.

L’approche biodynamique a ensuite été reprise par Franklyn Sills DO en 1986 qui a transmis le travail à des non ostéopathes et a été un des pionniers à Karuna, son institut en Angleterre à développer la thérapie cranio-sacrée biodynamique.

La TCSB (Thérapie* Cranio Sacrée Biodynamique)  s’est développée et répandue dans le monde entier, elle commence à se développer en France.

*selon la dénomination usité au niveau international

"Chaque fois que nous prenons la peine d’aller au fond de notre expérience, de tirer d’elle tout ce qu’elle contient à la fois de plus simple et de plus caché, nous cessons aussitôt de parler de nous-mêmes et de nous seuls : nous entrons dans le domaine le plus précieux, celui de l’expérience universelle, de l’expérience partagée. Ce qu’un homme a découvert dans sa vie la plus particulière, cela appartient à tous. Et si ce qu’il a découvert peut augmenter et enrichir la vie des autres, il a le devoir de le dire".

Jaques Lusseyran